Avocat et spécialisations

Full-service ou complète expertise ? Cette question partage nombre de structures juridiques, le recours à l’une ou l’autre option dépendant in fine du positionnement stratégique de chaque cabinet.

Alors que les cabinets à vocation généraliste plaident en faveur de leur capacité à répondre à l’ensemble des demandes de leurs clients grâce à un panel varié de compétences, les cabinets spécialisés invoquent au contraire leur efficience dans leur secteur d’intervention. Si la spécialisation apparaît comme une tendance de fond, les avocats étant de plus en plus nombreux à circonscrire leur champ d’activité pour se placer en tant qu’interlocuteurs privilégiés de leurs clients, elle peut parfois représenter un frein au niveau de son évolution professionnelle.

Spécialisation : une tendance de fond

Le droit évolue au fur et à mesure que de nouveaux marchés, de nouvelles tendances et technologies apparaissent. A titre d’exemple, le droit de l’informatique, de l’aéronautique ou encore le droit du sport sont apparus et se sont développés dans le paysage juridique, ce phénomène connaissant une certaine accélération au cours de ces dernières années. Qu’elles soient considérées comme des catégories émergentes à part ou des fragments de types de droits existants, leur apparition rend nécessaire l’acquisition de nouvelles compétences devenues de plus en plus sophistiquées.

La spécialisation comporte des avantages indéniables justifiant sa position dominante sur le marché juridique. Elle permet d’être reconnu en tant qu’expert, en raison d’une parfaite compréhension par l’avocat des problématiques et enjeux du secteur d’activité de ses clients. De surcroît, grâce à la connaissance pointue de son secteur d’intervention, l’avocat est en mesure d’optimiser la gestion des dossiers qui lui sont confiés en termes de temps, de facturation et de célérité.

Par ailleurs, compte tenu de la complexification et la ramification du droit, l’avocat a besoin de délimiter son domaine d’activité afin de se positionner en tant qu’expert et fournir une prestation de qualité. En effet, perçue par les clients comme une garantie d’expérience et de qualité, la spécialisation permet aussi de véhiculer une communication efficace en termes de positionnement et d’image des cabinets d’avocats, ce qui renforce leur développement.

Spécialisation, un paramètre incontournable…

De manière générale, c’est le type de clientèle qui détermine le recours à un avocat généraliste ou spécialiste. Ainsi, une PME ne disposant pas de budget nécessaire pour faire appel à plusieurs avocats spécialisés en fonction de la nature des problématiques rencontrées, préférera recourir aux services d’un avocat généraliste. De même, certains clients préfèrent s’adjoindre les services d’avocats généralistes pour leur vision transversale des dossiers, et s’adressent à des spécialistes de façon ponctuelle sur des sujets plus spécifiques. En effet, la spécialisation présente le risque d’avoir une approche trop orientée de ses dossiers à défaut d’une connaissance large dans les divers domaines juridiques. De plus, si la spécialisation permet de viser un panel de clients étendu lorsque le marché est porteur, elle comporte néanmoins le risque de dépérissement lorsque l’activité d’un domaine d’intervention particulier s’amenuise.

Par ailleurs, une spécialisation prématurée des jeunes avocats ne leur permet pas d’avoir une approche efficiente des problématiques d’un client à défaut d’une vision globale. Quant aux avocats expérimentés possédant une pratique de plusieurs années dans un domaine de spécialisation particulier et assez restrictif, ils peuvent se heurter à des difficultés en cas de souhait d’intégrer le monde de l’entreprise, celle-ci privilégiant généralement les profils polyvalents. Enfin, la spécialisation risque aussi de faire apparaître une routine dans la profession d’avocat, que beaucoup choisissent pourtant pour sa diversité et les perpétuels changements qu’elle offre à bien des égards.

A propos de l'auteur

Michael Obadia 1

Michaël OBADIA

Voir ses autres conseils

Retour