fr / en
Interview d'expert

Eclairage d'Olivier Hugot, fondateur du cabinet Dune

Dune est un cabinet d’avocats dédié au droit des affaires, des nouvelles technologies et de la propriété intellectuelle. Il accompagne les entreprises, groupes internationaux et startups sur l’ensemble de leurs problématiques juridiques, tant dans la cadre de son activité de conseil que de son activité contentieuse.
/ 01
Quel est votre parcours et qu’est-ce qui vous motive chaque jour à exercer cette profession ?

Après des études de droit à l’Université Paris II, j’ai rejoint les Etats-Unis pour y effectuer un Juris Doctor à Tulane University (Nouvelle-Orléans) avant de passer le barreau de New York.

S’ensuivit une expérience d’un an à Washington DC avant mon retour en France, la création du cabinet HugotAvocats avec mon frère. Après presque 15 années d’exercice, j’ai souhaité créer une structure moderne qui me ressemblait davantage : Dune voit le jour en janvier 2019.

Le raisonnement et l’analyse juridiques ont toujours été ma source de motivation première. Ce moyen de lutter contre l’injustice à petite échelle et d’accompagner les personnes au quotidien sont une réelle source de satisfaction. Par ailleurs, nous ne cessons d’apprendre au fil des années et c’est aussi ce qui rend l’exercice de cette profession assez extraordinaire.

/ 2
Quel est l’ADN de DUNE ? Pourquoi ce nom ?

A mon sens, l’ADN de Dune se résume en 4 mots : Courage, Indépendance, Simplicité et Plaisir qui s’additionnent à la rigueur et l’excellence des travaux.

J’aimais beaucoup le mot en lui-même, sa prononciation, et le fait qu’il puisse être indifféremment utilisé en français comme en anglais.

La Dune, c’est aussi la solidité, une masse bien ancrée mais qui ne cesse de bouger et d’évoluer. Elle propose à chacun une perspective différente et une prise de hauteur face à l’ensemble des problématiques qui peuvent se présenter.

Sans oublier bien sûr…le clin d’œil au roman de science-fiction de Frank Herbert.

La clientèle start-up

 

Aux côtés des entreprises et groupes internationaux qu’il accompagne quotidiennement, Dune conseille également une clientèle de startups. Olivier Hugot nous éclaire sur les spécificités de cette clientèle.

/ 3
Sur quelles problématiques les accompagnez-vous au quotidien ? La concurrence est-elle rude sur ce marché-là ?

Nous les accompagnons sur des problématiques rencontrées en droit des affaires, corporate, droit social, IP/IT, marques, RGPD. C’est une expertise de plus de 15 ans qui est mise au service de ces nouveaux acteurs du marché. L’avantage réside dans notre compréhension de leur business model, beaucoup de sujets sont mouvants et requièrent une certaine prise de hauteur et d’expérience.

La concurrence est assez rude car il s’agit d’un secteur très courtisé. Beaucoup de jeunes avocats innovants s’intéressent à cette clientèle et des affinités générationnelles se créent facilement mais un cabinet qui vient de s’établir ne bénéficiera pas immédiatement du même positionnement que Dune sur ce marché.

/ 4
Quelles sont les difficultés rencontrées face à cette catégorie de client ?

D’un point de vue business, la gestion, voire les problèmes de trésorerie, peuvent parfois être sources de difficultés.

Sur le plan humain, sans que nous puissions qualifier cela de difficulté, nous sommes face à une clientèle très vive, impatiente et qui nécessite que l’on s’adapte et que l’on prenne le temps de réfléchir avec elle aux meilleures solutions envisageables. Elles demandent, peut-être plus qu’un grand groupe, d’avoir des réponses 100% orientées business, sans détail de l’analyse juridique.

/ 5
Comment approcher et réussir à fidéliser ce type de clientèle ?

L’approche passe par l’utilisation d’outils qui sont les leurs, modernes et technologiques. Elles seront très réceptives à ce type de communication, ce qui sera moins le cas des autres structures.

Pour ce qui est de la fidélisation, elle est la même quelle qu’en soit la clientèle et passe par la fourniture d’un travail de qualité et de solutions claires et précises.

/ 6
Quelles sont les qualités indispensables à un avocat pour accompagner ce genre de structure ?

La réactivité et la disponibilité sont les deux éléments les plus importants lorsque l’on accompagne ce type de structure. Il est également indispensable de faire preuve de pragmatisme et d’apporter des solutions orientées « business », « résultats ».

En ce qui concerne le suivi et l’exécution, les exigences sont les mêmes, il faut savoir être réactif, disponible et aborder les problématiques avec simplicité. Nous devons être des facilitateurs, simplifier l’accès au droit, c’est notre métier de trouver des solutions.

La réactivité et la disponibilité sont les deux éléments les plus importants lorsque l’on accompagne des start-ups

Olivier Hugot

/ 7
Quel est selon vous le profil idéal de collaborateur à recruter face à ce type de clientèle ?

Il faut quelqu’un qui ait une appétence pour les nouvelles technologies, qui comprenne le business et qui possède une certaine fibre entrepreneuriale. Il faut dans le même temps quelqu’un d’extrêmement rigoureux car c’est la raison pour laquelle les clients font appel à nous.

/ 8
Ce profil se révèle-t-il être difficile à trouver ?

Ce profil n’est pas évident à trouver, que ce soit pour le M&A ou pour les autres domaines de manière générale. Il nécessite de réunir la rigueur et la passion sur ces sujets. Ces profils se développent et il y en aura de plus en plus à l’avenir.

/ 9
La séniorité d’un collaborateur aura-t-elle un impact vis-à-vis de cette clientèle ?

La séniorité d’un collaborateur n’aura pas forcément d’impact, il n’y a plus de fracture numérique chez les personnes que l’on recrute. Ce qui fera la différence sera son appétence pour ces sujets ainsi que son caractère.

/ 10
Comment caractériseriez-vous le management chez Dune ?

Chez Dune, nous accordons une place essentielle au management. Nous avons mis en place un management collaboratif, transparent où l’ensemble de l’équipe est informé des grandes initiatives du cabinet et participe à son développement.

Je crois profondément au travail collaboratif, nous sommes tous à l’écoute les uns des autres et c’est quelque chose de primordial au sein du cabinet. Le métier ne cesse d’évoluer et nous ne pouvons plus nous contenter d’être uniquement des juristes, nous devons vivre dans le monde des affaires car nous sommes des acteurs économiques à part entière.

/ 11
Selon vous, comment a évolué le métier d’avocat face à l’émergence de ce type de clientèle ? De manière plus générale, comment va évoluer votre métier ? Diversification ? Bureau en région ? Etc.

L’exigence accrue de disponibilité et de réactivité, l’utilisation des nouvelles technologies, la modification des conditions de facturation ne représentent qu’une partie de ces évolutions.

La relation entre l’avocat et ses clients a beaucoup changé au cours de ces 30 dernières années. Nous ne sommes qu’au début de la transformation, il va falloir continuer notre digitalisation, intégrer les nouveaux acteurs comme les legaltechs, voir des regroupements interprofessionnels se former et éventuellement assister à une consolidation du marché.

Par ailleurs, je crois beaucoup au développement en région, nous avons déjà ouvert un bureau à Montpellier et aimerions en ouvrir d’autres. Il est aujourd’hui possible de travailler dans différentes villes en conservant une proximité avec les clients locaux, ce qui n’était pas envisageable par le passé.

Ce sont des marchés différents en termes de dossiers, d’enjeux, de rémunérations mais tout cela représente pour nous un challenge supplémentaire.

Merci de redimensionner votre écran pour accéder au site